James Martin, MD, DSc
Centre universitaire de santé McGill, Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et Université McGill, Montréal, QC

L’asthme d’irritation est une entité cliniquement pertinente qui est mieux reconnue dans sa forme aiguë mais qui peut aussi compliquer le traitement de l’asthme lorsque l’exposition à l’irritant n’est pas détectée. L’asthme d’irritation est un phénotype à neutrophiles et, en tant que tel, il peut ne pas entrer dans le paradigme de traitement de l’asthme dit « T2 élevé ». En utilisant un modèle murin d’asthme d’irritation, il a été possible d’explorer le rôle de l’interleukine (IL)-33 dans l’hyperréactivité et l’inflammation des voies aériennes. Le chlore, une cause fréquente d’asthme d’irritation et un puissant oxydant qui partage probablement de nombreuses caractéristiques avec d’autres oxydants, déclenche la sécrétion d’IL-33. L’IL-33 augmente les cellules lymphoïdes innées et la sécrétion d’IL-13. Ce processus est protecteur contre le dysfonctionnement et l’inflammation des voies aériennes, au contraire de son rôle pathogène dans l’asthme T2 élevé. Les nouveaux produits biologiques dirigés contre la voie de l’IL-33, bien qu’ils réduisent les exacerbations dans l’asthme T2 élevé, peuvent ne pas être appropriés pour l’asthme d’irritation à T2 faible.

Objectifs d’apprentissage
À l’issue de cette séance, les participants seront en mesure de :

  • identifier l’importance potentielle de l’exposition à des irritants pour le contrôle de l’asthme;
  • comprendre les caractéristiques endotypiques de l’asthme d’irritation; et
  • évaluer les caractéristiques des patients susceptibles d’obtenir des bienfaits de certains nouveaux produits biologiques qui ont pour cible l’interleukine-33.

Compétences CanMEDs abordées : Promoteur de la santé, Expert médical, Érudit